Spanish English

French

Italian

German

Japanese

Chinese

Portugués

  • Visitez Segovie
  • Visitez Segovie
  • Visitez Segovie
  • Visitez Segovie
  • Visitez Segovie
  • Visitez Segovie
  • Visitez Segovie
  • Visitez Segovie
  • Visitez Segovie
  • Visitez Segovie
  • Visitez Segovie
  • Visitez Segovie
  • Visitez Segovie
  • Visitez Segovie
  • Visitez Segovie
  • Visitez Segovie
  • Visitez Segovie
  • Visitez Segovie
  • Visitez Segovie
  • Visitez Segovie
  • Visitez Segovie
  • Visitez Segovie
Home»Microsites»Collection de Marionnettes de Francisco Peralta»Francisco Peralta

Francisco Peralta

Ce n´est pas par hasard que l'œuvre de Francisco Peralta est présente sur cette porte de Saint-Jacques.

phoca thumb s peralta con ttere 470

En effet, Ségovie se caractérise pour avoir une longue tradition dans l´enseignement artistique: du XVIIIème siècle où Espinosa de los Monteros crée une école de dessin afin de développer et faire accroître les connaissances artistiques du grand nombre d´artisans qui peuplent la ville et ses alentours, jusqu´à 1977 avec la création de l'École des Arts Appliqués et des Métiers Artistiques (située à la « Casa de los Picos » [La Maison des Pointes]).

Précisément durant les mois d´août de 1977 et 1978, Francisco Peralta donne des cours de fabrication de marionnettes, organisés par l'ICE de l'Université Autonome de Madrid, à des instituteurs au « Colegio Universitario Domingo de Soto » de Ségovie, cours qui, ensuite, deviendront des cours de coulage et de modelage à l´Ecole des Arts et Métiers de 1980 à 1984.

C´est dans un atelier expérimental que naîtra, avec la participation de ses élèves et la collaboration du groupe ségovien Hadit, une nouvelle version de El clérigo ignorante (Le cler ignorant) de Gonzalo de Berceo qui, avec El romance de la condesita (La chanson de la petite comtesse), participera au Ier Festival International de Zamora (Espagne).

Franciso Peralta revient à Ségovie, en 1985, avec sa compagnie Peralta del Amo pour participer au projet de Julio Michel : Titirimundi, l'un des meilleurs festivals de marionnettes au monde. A partir de ce premier Festival International, Francisco Peralta et Matilde del Amo (son épouse) ne manqueront pratiquement jamais d´y participer, que ce soit en tant qu´acteurs (en y représentant une pièce) ou en tant que spectateurs parcourant, émus, les places, les cours et les théâtres.

Francisco Peralta ressent tant d'enthousiasme pour cette ville, consacrée aux marionnettes, qu´il exprime son souhait d´y installer son œuvre et la Municipalité de Ségovie ainsi que la Fondation du Patrimoine Artistique de Castille et León acceptent son offre généreuse qui donne lieu, aujourd´hui, à ce singulier musée.

Contributions de Francisco Peralta. L'art des marionnettes en Espagne

Application didactique du travail avec les marionnettes


 En 1956 peu sont ceux qui voient dans les marionnettes une ressource éducative. Or, la marionnette implique un savoir-faire (élaboration du dessin et du modelage, manipulation des outils) et des connaissances spécifiques (règles de calcul, notions de musique pour l´accompagnement, et bonne base littéraire et de théâtrale); tout un savoir que Francisco Peralta sut transmettre dans ses cours de modelage à l'école Santa María de las Nieves, à Madrid.

Thèmes de pièces classiques et musicales

Les thèmes des pièces de marionnettes étaient normalement des comptines pour enfants ayant une faible qualité littéraire, généralement conçus ou adaptés par les propres marionnettistes. Par contre, Francisco Peralta, lui, choisit méticuleusement des pièces du «romancero»* populaire (La Condesita [La petite comtesse], 1957), des pièces musicales (El retablo de Maese Pedro [Les tréteaux de Maître Pierre] de Manuel de Falla, 1960) ou des pièces classiques (Los melindres de Belisa [Les minauderies de Belisa de Lope de Vega, 1962, El clérigo ignorante [Le clerc ignorant] de Berceo, 1969). Contrairement aux marionnettes poursuivies par des monstres ou des sorcières, celles de Peralta nous montrent des arguments d´une grande qualité culturelle. Ainsi, lorsqu'il choisit des comptines pour enfants, il recherche des textes littéraires comme Frederick de Leo Lionni, Moi, si j'étais grand d'Éva Janikovszky ou La cometa [Le cerf-volant] de Montserrat del Amo.

* Recueils de « chansons » espagnoles

Construction méticuleuse et nouvelles techniques de manipulation


Comment réussir un mouvement capable d´exprimer le soupir d'une petite comtesse ou la joie des retrouvailles de deux jeunes amants? Et bien, pour y parvenir, Peralta ne se contente pas d'une seule technique, il en invente beaucoup d´autres.affirme-t-il. Je veux que le spectateur voie clairement ce que les marionnettes expriment dans chaque pièce. Ce dont il s´agit ce n´est pas qu´elles soient parfaites sinon expressives ».Peralta crée des marionnettes capables de nous transmettre des sentiments tels que la passion réprimée, la perfection réfléchie ou la résolution pratique. Le trou réalisé à l´aide d´un petit foret doit se faire à l'endroit précis pour que la marionnette puisse ensuite réaliser le geste précis : « Je ne suis pas conscient d'être perfectionniste,

Précepteur et rénovateur de l'art des marionnettes

Peralta donna de nombreux cours à des professeurs, à des étudiants des écoles artistiques et à des professionnels de la marionnette. Il y a des maîtres qui savent transmettre leurs connaissances et il y en a d´autres qui savent, en plus, apprendre à se rénover. Et Francisco Peralta possède ces deux qualités et ses leçons ont encouragé la création de nouvelles compagnies ou ont eu une forte influence esthétique sur d'autres.

Francisco Peralta. Sculpteur et marionnettiste

1930
Naissance à Cadiz (Espagne). Son intérêt pour les marionnettes naît durant les représentations de marionnettes du Théâtre de la Tía Norica à Cadiz. Il étudie à l'Ecole des Arts et Métiers.

1949
Il s´installe à Madrid pour faire des études de sculpture à l'Ecole des Beaux-Arts de San Fernando. Son mémoire traitera des applications pédagogiques de la marionnette.

1951-1953
Il crée ses premières marionnettes avec lesquelles il joue la pièce Pascualín. Il assiste au spectacle de la Puppet Parade, compagnie britannique qui lui fera découvrir les possibilités techniques du croisillon.

1953
Il donne à son activité artistique un but pédagogique : durant ses cours de modelage à l'école Santa María de las Nieves, à Madrid (1955-1980 y 1984-1990), il apprend à ses élèves à construire des marionnettes.
Lors de la séance de clôture de l'année scolaire 1955-1956, il réalise le montage de la pièce Bastien et Bastienne de Mozart ; et chaque année jusqu'à 1966, il réalisera un spectacle de marionnettes avec des élèves et une partie du personnel de l'école (parmi lesquels se trouvent Luis Pereira, Juan del Amo, Eugenio Bustos, Mari Vega, Enrique Tablado et Matilde del Amo).

1962-1969
Il se marie avec Matilde del Amo. Il participe aux films Dulcinea de Vicente Escrivá et Cabriola de Mel Ferrer ainsi qu'à différents courts-métrages publicitaires.

1971
Ses élèves de l'école Santa María de las Nieves (Madrid) —Carlos Rodríguez, Carlos Marqueríe et Juan Muñoz— lui suggèrent de faire, avec la compagnie Marioneras de Francisco Peralta, des représentations hors du collège ; ce qu´il fera dans des universités et des festivals de théâtre et de musique.

Exposition de ses marionnettes au Cercle des Beaux-Arts de Madrid et représentations de Bastien y Bastienne de Mozart.

1975-1976
Il participe au IIIème Festival International de Barcelona et, avec « Les traiteaux de Maître Pierre », au XXVème Festival de Musique et de Danse de Grenade, année du centenaire de Falla, VIIème Semaine de Musique de Chambre de Ségovie et VIème Semaine de Musique de Chambre de la Fête-Dieu de Lugo. Il y joue accompagné par la société Espagnole de Chambre de RTVE dirigée par Odón Alonso.

1980-1984
Professeur à l'Ecole des Arts et Métiers de Ségovie. Avec ses élèves il représente pour la première fois la nouvelle version de La chanson de la petite comtesse. En 1982, il régularise la fondation de sa compagnie Marionetas Peralta del Amo (dans laquelle collaborent sa femme et ses filles).

1984-1990
Il retourne à l'école Santa María de las Nieves (Madrid) et il donne de nombreuses représentations dans des Festivals Internationaux.

1990
Il reçoit la Médaille du Mérite des Beaux-Arts.

1992
Il réalise une exposition anthologique au Xème Festival de Tolosa (Espagne).

1994
Exposition de ses marionnettes au Festival Mondial de la Marionnette de Charleville (France).

1998
La Municipalité de Móstoles (Madrid) lui demande de faire un monument au marionnettiste.

2008
L'UNIMA* Espagne les déclare, lui et sa femme, Matilde del Amo, membres d'honneur.

*(Union Internationale de la Marionnette)

2009
Son nom apparait dans l'Encyclopédie Mondiale des Arts de la Marionnette, au même titre que les marionnettistes les plus reconnus de tous les temps.

2009-2013
Il poursuit sa recherche de nouvelles techniques pour perfectionner le mouvement de la marionnette.

 

 

Laissez son commentaire:


Code de sécurité
Rafraîchir

Banner
Banner
Banner
Banner
Banner
Banner
Banner
Banner
Banner
Banner
Banner
Banner
Banner
Banner
Banner
Banner